Quand on me pousse, je me pousse

Quand on me pousse, je me pousse 1

Quand on me pousse, je me pousse 2

J’avais une réunion d’équipe l’autre jour par Zoom. Le boss était là après quelques semaines d’absence. On forme une belle équipe, tous les employés. On l’aime, notre boss, et il nous aime aussi mais avec des signes de $$ un peu trop souvent dans les yeux, parfois, à mon goût.

Il est gentil et très travaillant mais il a une fâcheuse tendance à nous « encourager » parfois d’une façon qui nous fait parfois sentir comme les meilleurs employés qui soient mais aussi des citrons dont on veut extraire, subtilement, toujours plus de jus.

Pour la première fois, ce matin, depuis quelques mois que je suis là, j’ai senti quelque chose en moi se ratatiner, se recroqueviller à l’annonce d’un nouveau projet qui va atterrir sur mon bureau. « Un beau groupe de nouveaux clients !!! » de lancer celui qui les a bookés avec succès. Bravo à ce vendeur ! Il a vraiment fait une belle vente et j’en suis très heureuse pour lui et l’entreprise.

Sauf que mon énergie intérieure, jusque-là joyeuse, a subitement baissé malgré moi et j’ai commencé à avoir envie de me pousser. Tous les signes que je ne suis plus tout à fait à ma place. Que je ne suis plus prête à accepter des choses qui sont hors de mes limites. Que je ne supporte plus le stress et que je n’en veux plus dans ma vie. Je travaille déjà à temps plein pour cette entreprise et n’ai plus le temps et/ou l’énergie de m’occuper des mes activités personnelles. Je n’en ferai pas plus.

Quand je m’implique dans un projet, dans une entreprise, c’est à +100%. J’en donne toujours plus que ce qu’on me demande en autant que cela ne m’enlève rien et que j’ai du plaisir. Tant que je suis heureuse, c’est ça qui compte.

Sauf que, j’ai parfois l’impression que, non seulement le boss ne se rend pas compte de tout ce que j’apporte à l’entreprise mais, en plus, il veut m’en donner toujours plus à faire. Est-ce la rançon du succès ? Voit-il en fait parfaitement que j’assure au-delà de ses attentes et il en rajoute ?!

N’empêche que, ce matin, j’ai eu l’impression qu’on tentait de me presser le citron mais je n’ai plus de plaisir à accueillir du stress chaque jour. J’ai alors spontanément tendance à fermer le robinet et à me retirer pour aller me ressourcer et réfléchir… à mon avenir.

J’ai respiré, pris du recul, ressenti ce qui se passait en moi. Je ne fuirai pas. Je ne laisserai pas tomber les collègues. Je ne me pousserai pas, pas encore. J’ai encore quelques semaines ou mois à apporter ma contribution à cette entreprise qui m’enseigne, en me poussant, à faire en sorte que je me respecte et pose clairement mes limites.

Il m’a fallu quelques temps pour retrouver mon énergie et mon entrain tout en continuant ma journée. Une chose est sûre : après une dépression et deux burnouts, mon âme sait exactement où se trouve la limite que je ne peux plus franchir et les réflexes sont instantanés pour me protéger.

Ces réflexes s’appellent Respect et Amour de Soi.

Avec les années, les thérapies, les moments difficiles et les guérisons, je sais maintenant me respecter et m’aimer assez pour ressentir, écouter et respecter tout de suite les signes que me lancent mon corps et mon âme.

Et vous, est-ce que vous respectez vos limites quand on vous pousse toujours plus loin ou vous vous poussez?

De tout coeur ❤

❤ Venez méditer tous les dimanches à 9h (Qc) = 15h (France) = 18h (Réunion). Tous les détails sont dans à https://dominiquejeanneret.net/meditations-du-dimanche. C’est gratuit ! Bienvenue !

❤ Je vous offre un appel-découverte de vingt minutes gratuit par Zoom afin de voir si et comment je peux vous accompagner sur le chemin vers le Bonheur. Contactez-moi par message privé ici ou par email à bonjourdo@gmail.com.

❤ Retrouvez ces petites histoires dans mon espace Facebook.

©Dominique Jeanneret
Thérapeute et accompagnante
dominiquejeanneret.net

Reproduction de ce texte interdite sous quelque forme que ce soit sans mon autorisation. Merci.

.