Le Temps qui passe

Le Temps qui passe 1

Le Temps qui passe 2

Il est partout le temps qui passe
Il me poursuit à l’infini,
Il m’étreint et laisse sa trace
Sur mes amours et sur ma vie.

Il avale sans faire d’histoires
Mes p’tits plaisirs, mes p’tits malheurs
Et quand je connais des déboires,
Il les répare par un bonheur.

Le temps ne sait pas faire étape.
Il court, il court je ne sais où.
Il nous poursuit, il nous rattrape.
Le voilà qui file comme un fou.

Avec ses « hier », ses « demain ».
Le temps nous pousse, le temps nous presse.
A peine n’est-on plus un gamin
Qu’on voit poindre notre vieillesse.

Que le temps fonce ou qu’il musarde,
Qu’il file ou se coule doucement
Sur la maison qui se lézarde
Il fixe les jours et les ans.

Il est partout le temps qui passe,
Sur la mousse qui verdit le toit,
Sur le sapin qui le dépasse,
Partout il impose sa loi.

Il est partout le temps qui passe,
Sur l’alliance usée à mon doigt,
Sur ma chaîne qui porte ma croix,
Qui se ternit et qui se casse.

Il est partout ce temps tenace,
Sur les rides dans le miroir,
Sur nos corps fatigués le soir,
Sur tes yeux lourds, ta tête lasse.

Il est cruel le temps qui passe,
Se moque bien de mes envies,
Le voilà qui copie l’espace
Et me sépare de mes amies.

Combien déjà dans les nuages
Reposent pour l’éternité
Et ne me reste que leur image
Dans ma tête à perpétuité.

Que le temps rie, que le temps pleure,
Je suis toujours de la parti ;
S’il est bleu je prends des couleurs
S’il est gris j’ouvre mon parapluie.

Que le temps chante ou qu’il se fâche,
Qu’il soit d’azur ou bien d’ennui,
Il me poursuit et sans relâche
Marque mon histoire et ma vie

Et le temps aura sa victoire
Lorsque je fermerai les yeux
Lorsque je vous dirai adieu
Lorsque je deviendrai histoire.
Lorsque je n’aurai plus Le temps
Lorsque je n’aurai plus De temps !

Auteur inconnu